Cette conférence-débat organisée par Éconosphères, en partenariat avec le Gresea, le Cetri et Bruxelles Laïque a eu lieu le 17 juin 2019.
Voici le dossier thématique de cette soirée.

Présentation

Depuis quelques années, « l’avenir du travail » (The Future of Work) fait l’objet d’une attention internationale croissante, notamment au sein d’institutions comme l’OIT, l’OCDE, le G20 ou encore la Banque mondiale. Au centre de leurs préoccupations, les conséquences d’une hypothétique « quatrième révolution industrielle » sur la quantité et la qualité des emplois disponibles.

Dans son livre L’avenir du travail vu du Sud – Critique de la « quatrième révolution industrielle » (Paris, Syllepse), Cédric Leterme, chercheur au Gresea et chargé d’étude au Cetri, montre en quoi ce débat est problématique du point de vue des travailleurs.euses en général, et du point de vue des travailleurs.euses du Sud en particulier.

Pour en discuter, il a échangé avec

Antonio Casilli, sociologue et auteur d’une étude remarquée sur les dessous de l’automatisation, En attendant les robots – Enquête sur le travail du clic (Paris, Seuil, 2019). À travers celle-ci, Casilli montre notamment que l’automatisation n’entraîne pas tant une disparition qu’un déplacement et une invisibilisation du travail, notamment dans les pays du Sud.

Ce débat était animé par Anne Dufresne, chercheuse au Gresea et responsable Econosphères.

Caspules

Cédric Leterme : « Pour qu’il y ait un avenir du travail, il faut un avenir tout court ».

Antonio Casilli nous parle du livre de Cédric Leterme.

Antonio Casilli : « Les robots ne vont pas nous voler notre travail, mais nous le précariser ».

Vidéo complète de la conférence

Archives

L’automate et le tâcheron, A. Casilli

Antonio Casilli et Julian Posada, Platform society

Cédric Leterme, Centenaire de l’OIT : l’avenir du travail ou du tripartisme ?

Cédric Leterme, La numérisation du travail et ses conséquences pour le Sud