Accueil Archives Éclairer le débat sur les fins de carrière : (...)

Éclairer le débat sur les fins de carrière : Quelques indicateurs

En principe, les interlocuteurs sociaux, dans le cadre de la mission qui leur a été confiée par Kris Peeters, ministre fédéral de l’emploi, qui souhaite faire aboutir une réflexion sur le « travail faisable », discutent aussi (essentiellement ?) des fins de carrière. En tout état de cause, la problématique des fins de carrière a été proposée à la négociation par les organisations syndicales. Dans ce contexte, cette note vise à éclairer ce débat avec des indicateurs que j’espère pertinents.

Philippe Defeyt
Article mis en ligne le 15 octobre 2015

Premier constat : la place des 55-64 ans sur le marché du travail croît depuis le tournant du siècle. La part des 55-64 ans dans le total de la population active et le total des actifs occupés (= salariés + indépendants) a ainsi doublé. Rappelons ici que cette croissance est avant tout attribuable aux évolutions socio-démographiques même si des changements de législation (prépensions, âge de la retraite) ont vu leur influence relative augmenter au cours des années récentes.

Note méthodologique : Les sources statistiques sont le Bureau fédéral du Plan, EUROSTAT, l’INAMI, l’INASTI, l’ONEM, l’ONSS et Statistics Belgium ; les estimations et calculs sont de l’IDD. Sauf mention contraire, les tableaux et graphiques donnent des moyennes annuelles.

L’augmentation de la part des femmes dans le total des personnes âgées au travail est tel que le pourcentage rejoint presque celui observé pour l’ensemble des travailleurs.

La suite de la note est consacrée aux évolutions plus récentes, à savoir la période 2010-2014.

Le tableau sur les deux pages suivantes présente les indicateurs essentiels du marché du travail des 55-64 ans, en distinguant les 55-59 ans et les 60-64 ans.

Quelques commentaires :

- 1 Les actifs âgés de 55-64 ans sont plus de 600.000 à avoir un emploi, dont pratiquement 500.000 salariés.

- 2Les 3/4 environ des actifs âgés occupés ont entre 55 et 59 ans.

- 3 Le nombre de salariés âgés de 55 ou plus a augmenté de plus de 80.000 unités en 5 ans.

- 4 Le taux d’activité et le taux d’emploi des 55-59 ans est en train de rattraper très rapidement les taux d’activité et d’emploi de l’ensemble de la population en âge de travailler.

- 5 Néanmoins, cette « performance » est en partie attribuable à l’anémie du marché du travail global qui peine à sortir de la longue crise débutée en 2008.

- 6 Par contre, les étudiants, de plus en plus nombreux, poussent à la baisse le taux d’activité global, ce qui n’est pas le cas, par définition, du taux d’activité des 55-64 ans.

- 7 D’une manière générale les indicateurs pour les 60-64 ans s’améliorent – en termes relatifs – au moins autant que ceux des 55-59 ans mais les niveaux de départ sont très bas. En 2014 le taux d’emploi des 60-64 ans n’est que de 25% contre 60% pour les 55-59 ans.

[bleu]Les 55-64 ans sur le marché du travail – Divers indicateurs – 2010/2014 – X 1.000 et en %[/bleu]

JPEG

[bleu]Les 55-64 ans sur le marché du travail – Divers indicateurs – 2010/2014 – X 1.000 et en % suite[/bleu]

- 8 Hors invalides, le taux d’inactivité des 55-59 ans est tombé de 31 à 23% en quelques années seulement, ce qui est remarquable.

- 9. Le nombre des invalides augmente régulièrement : +23.000 pour les 55-64 ans entre 2010 et 2014.

Le tableau suivant classe les secteurs détaillés par l’ONSS en fonction de l’importance des 55-64 dans l’emploi salarié total.

Note méthodologique : A ce niveau de détail seul l’ONSS publie des données croisées âge-secteur. L’emploi ONSS représente néanmoins plus de 85% de l’emploi salarié total.

Quelques constats :

- 1 Le pourcentage de salariés âgés dans le total des salariés varie grandement d’un secteur à l’autre : entre 6 et 23%.

- 2 On ne s’étonnera pas des résultats du classement ; par exemple, le secteur des administrations publiques à presque 20% de ses effectifs qui ont entre 55 et 64 ans tandis que pour les activités informatiques ce pourcentage est de 6%.

- 3 L’importance relative des salariés qui sont aujourd’hui dans la tranche d’âge des 50-54 ans montre que dans beaucoup de secteurs la part des 55-59 va encore augmenter dans les cinq années à venir.

- 4 L’importance des 60-64 ans est aussi appelée à augmenter, peut-être plus encore, dans des secteurs comme « transports et entreposage », « fabrication de matériels de transport », « construction », etc. ; est-ce tenable pour les travailleurs concernés au vu des exigences physiques du travail ?

[bleu]Emploi ONSS au 31.03.15[/bleu]

JPEG

- 5 Enfin, l’augmentation de la part des travailleurs âgés, voire très âgés, a-t-elle un sens en terme de gestion des ressources humaines (notamment au vu de l’évolution des métiers) dans des secteurs comme les « activités financières et d’assurance » ?

A propos des conditions de travail, le tableau suivant (haut de la page suivante) explicite le pourcentage de travailleurs qui
travaillent en pauses (ils sont environ 22.000 en 2014)
travaillent habituellement en soirée (36.000)
travaillent habituellement la nuit (12.000).

Au vu du peu de personnes concernées des solutions d’amélioration des conditions de travail devraient, me semble-t-il, pouvoir être trouvées pour ces travailleurs âgés dans le cadre des négociations en cours.

Beaucoup de salariés âgés – plus de 36% – travaillent à temps partiel ; c’est le cas de presque 60% des femmes. Comme le montre le tableau suivant, la proportion de travailleurs âgés qui travaillent à temps partiel est plus importante que dans l’ensemble des salariés. Pour les hommes, le pourcentage est même double.

En moyenne, les hommes qui travaillent à temps partiel font (un peu) plus d’heures de travail que les femmes à temps partiel. L’écart est plus important encore (plus ou moins 3 heures/semaine) pour les 55-64 ans.

Les données de l’enquête sur les forces de travail permettent d’apporter encore deux informations :

- environ 3% des salariés entre 55 et 64 ans ont un emploi à durée déterminée ; ce pourcentage est resté plus ou moins stable au cours des dernières années ; il est plus faible que celui de l’ensemble des salariés (un peu plus de 8%) et surtout que celui des jeunes travailleurs (environ un tiers) ;

- les retraites anticipées représentent un tiers environ des départs à la retraite.

titre documents joints

Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux d'Econosphères.