« Plus je suis retraité, plus je suis féministe, car j’éprouve ce qu’a d’humiliant le fait d’être nié comme producteur et exalté comme « très utile », « bénévole » et autres lots de consolation. Je refuse l’invitation à « me calmer », à « prendre du temps pour moi après avoir tant travaillé ». Je milite pour le temps sans âge, je refuse de devenir vieux à force d’être marginalisé sur l’essentiel : la responsabilité économique. Je ne veux pas être amputé, comme retraité, de l’autre dimension constitutive du travail, à côté de son utilité sociale : la production de valeur. C’est pourquoi je refuse d’être considéré comme un improductif et d’avoir comme pension le différé de mes cotisations consignées dans un compte. J’exige au contraire d’être payé jusqu’à ma mort par une pension à 100% de mon meilleur salaire net quelle que soit ma carrière. C’est pourquoi je me bats pour que toutes et tous, de 18 ans à notre mort, nous soyons mis en responsabilité de produire une valeur économique libérée de la logique capitaliste, et donc décideurs des investissements et des qualifications, propriétaires de notre outil de travail et titulaires de notre salaire. » (Bernard Friot)

Economiste et sociologue du travail, Bernard Friot est l’auteur de travaux passionnants sur la sécurité sociale. Dans cette conférence gesticulée, il explique sa passion de chercheur sur le sujet et ses propositions comme celle du salaire à vie. Bernard Friot est présent à Bruxelles à l’invitation du Nova, de FACIR (Fédération des Auteurs Compositeurs et Interprètes Réunis) et d’Econosphères pour des ateliers sur les questions du bénévolat, sur la sécurité sociale de la culture et le statut de personnels de la culture.

En partenariat avec Nova et Facir.

P.-S.

- Étant donné la jauge limitée, les places seront exceptionnellement mises en prévente dès le 1er octobre. https://www.nova-cinema.org/seances...
- L’accès au bar est réservé aux spectateurs (maximum 30 personnes, service à table).
- Les paiements se font toujours en cash.
- Le port du masque est obligatoire comme dans tous les cinémas.
- Les horaires sont adaptés pour permettre aux spectateurs de différentes séances de ne pas se croiser.