Econosphères vise à construire un débat économique démocratique, à l’encontre des pseudo-vérités du discours néolibéral. Rejoignez les discussions en cours.

Poster un message

En réponse à :

LE RETOUR DU PURITANISME AU TRAVAIL

, par Mateo Alaluf

L’organisation mondialisée de la production en chaîne de sous-traitance et la persistance tout au long des trois dernières décennies d’un chômage massif ont profondément modifié l’organisation du travail. Pendant que certains y voient l’émergence d’un néo-taylorisme, l’auteur pose ici la question d’un (...)

Modération à priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Sur le même thème

21/09/2018 - L’enquête ouvrière : chantier d’avenir ? - Erik Rydberg

28/08/2018 - Volet 3 : Made in China - Henri Houben

21/08/2018 - Pouvoir d’achat et revenus des belges – Évolutions 1995-2020 - Philippe Defeyt

14/08/2018 - Le revenu universel - Anne Dufresne, Cédric Leterme

19/07/2018 - Volet 2 : Les nouvelles routes de la soie : le cauchemar de Brzezinski passe par l’Asie centrale - Henri Houben

Vers les autres articles du même thème...

Du même auteur - Mateo Alaluf

L’allocation universelle contre la protection sociale - 26/06/2013

L’allocation universelle, un concept à la mode, aussi bien à droite qu’à gauche. Mais certains, comme le sociologue Mateo Alaluf, ne sont pas du tout d’accord avec cette idée. Pour lui, l’établissement d’une telle allocation entrainerait une régression sociale.
Périodiquement, la proposition d’instaurer une allocation universelle revient à l’avant plan de l’actualité. Elle consiste à verser un revenu fixe et inconditionnel à toute personne en remplacement partiel ou complet des prestations sociales (revenu (...)

Lire la suite »

LE TRAVAIL, UNE QUESTION POLITIQUE - 23/04/2013

En abordant l’organisation du travail comme une question de délibération politique, l’ouvrage de Nicolas Latteur, chercheur au Cepag-FGTB Wallonne, prend le contre-pied de la tendance actuelle qui vise à rendre le travail aux lois du marché. Vous trouverez ci-après la préface de Mateo Alaluf et l’introduction du livre de Nicolas Latteur.
Préface
Au début de l’industrialisation, on pouvait lire à l’entrée de certains ateliers : « Il est interdit d’apporter son travail à l’usine. » Le travail salarié (...)

Lire la suite »

Chercheurs associés - 25/09/2009

Lire la suite »